Décembre 2017 : Un début d’année riche en idées pour les comités Empreintes


Les comités Empreintes en Colombie-Britannique des écoles, Jules-Verne de Vancouver, Au-cœur-de-l’île de Comox, des Pionniers-de-Maillardville de Port Coquitlam et Victor-Brodeur de Victoria, se sont formés en ce début d’année scolaire. Ces comités ont pour but de lutter contre les discriminations et l’intimidation à l’école.

Bilan de la tournée des écoles : des jeunes motivés et inspirés
L’organisme Ensemble, pour le respect de la diversité est venu du Québec, en octobre dernier, pour animer des présentations sur les différentes formes de discrimination dans les écoles secondaires concernées par le projet. Suite à ces présentations, les jeunes intéressés pour s’engager sur ces enjeux se sont inscrits aux comités Empreintes, afin d’avoir un impact positif sur leur environnement scolaire. Depuis, les comités se sont rencontrés toutes les semaines ou toutes les deux semaines pour discuter des problématiques de leur école et de la manière de changer cela.

Des idées riches et variées selon chaque comité
Les idées et priorités sont différentes selon les écoles. Le comité de Jules-Verne souhaite présenter une demande officielle auprès de la direction de l’école pour la création de toilettes non genrées. Il veut également organiser des olympiades paralympiques pour sensibiliser à la question du handicap. Le comité de l’école Victor-Brodeur se penche sur le code vestimentaire de l’école, tandis que celui de l’école des Pionniers-de-Maillardville se concentre sur l’intimidation en général. A Comox, le comité a déjà réalisé sa première action : un parcours de lutte contre les discriminations, où l’ensemble du secondaire devait déterminer si les situations écrites relevaient du sexisme, du racisme ou de l’homophobie.

Bientôt le grand rassemblement des comités
Du 26 au 28 janvier 2018, les jeunes des quatre comités vont se rassembler à l’école Victor-Brodeur de Victoria pour partager leurs idées, être formés sur des sujets spécifiques tels que l’homophobie, la cyberintimidation, et travailler sur les projets de l’année à venir.

Reçois notre infolettre